Entrevues

Simon Lor-Saw et Samir Ben Youssef - Meilleurs Ouvriers de France Frigoristes 2019
Juin 2019

Meilleurs Ouvriers de France Frigoristes : Interviews croisées !

Organisé par le COET-MOF (comité d'organisation des expositions du travail) tous les 3-4 ans, le concours « Meilleurs Ouvriers de France » permet d’évaluer la dextérité, les connaissances techniques, le savoir-faire et la créativité des candidats dans plus de 200 métiers manuels. La 26ème édition du concours a été l’occasion d’introduire, pour la première fois, la classe « frigoriste » où deux participants sont récemment ressortis lauréats : Simon Lor-Saw et Samir Ben Youssef.

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ?

Simon Lor-Saw (SLS) :  28 ans, originaire de la région lyonnaise, j’ai toujours vécu dans le milieu du Froid depuis que je suis tout petit. Après quatre années d’apprentissage au lycée Edmond Labbé à Oullins puis à l’AFPM à Lyon 8ème dans les spécialités de la technique du froid et du conditionnement d’air, j’ai appris à travailler dans l’entreprise paternelle (Azerg Froid et Clim dans le Rhône) tout en poursuivant mon évolution dans le domaine du froid d’équipement, traitement d’air spécialisé en groupes d’eau glacée. Je pars ensuite rejoindre l’entreprise Perrier à Marcigny (Saône et Loire) pour approfondir mes connaissances. Je découvre de nouvelles technologies, grosses puissances et froid spécifique. Travaillant dans le secteur :

  • Grande cuisine (restaurant étoilé TROISGROS, cuisines centrales, hôpitaux…)
  • Grandes et moyennes surfaces (Carrefour, Casino, Intermarché…)
  • Petites industries (Révillon chocolatier…)

Après 10 ans d’expérience, je collabore aujourd’hui avec la grande maison Mondial Frigo (Rhône) et j’ai décidé de m’orienter dans le domaine de l’industrie, du froid démesuré, de la technologie contrôlée, de l’automatisme et du froid sur mesure.

Samir Ben Youssef (SBY) : Diplôme en poche (DEST génie frigorifique à l’IFFI), je suis devenu technicien frigoriste puis ingénieur de recherche au service Cryogénie du Département de Physique de l’ENS Paris. De 2001 à 2017, j’ai été formateur au CFI d’Orly. Enfin, depuis Juillet 2017, je suis aujourd’hui Responsable Technique Froid chez MRG. Je suis également très impliqué dans les Olympiades des Métiers, pour lesquelles j’ai été Coach, Juré "Ile de France" et Expert France pour les Euroskills.

Qu’est-ce qui vous a poussé vers le métier de frigoriste ?

Simon Lor-Saw (SLS) : A 4 ans environ, je m’amusais à écrire mon prénom en cintrant du tube cuivre frigo dans l’atelier de mon père (Azerg Froid et Clim). J’ai toujours été curieux par le métier qu’il faisait. Et quand j’étais petit, je voulais devenir Frigoriste. Cette idée ne m’a jamais lâchée. Mes premières découvertes se sont faites en 5ème avec les stages en entreprise. Puis fin de la 3ème, je me suis orienté en apprentissage dans la filière professionnelle (BEP).

Samir Ben Youssef (SBY) : Mon oncle était frigoriste et je cherchais un métier qui permettait d’associer la physique du froid, la mécanique et l’électricité.

Comment vous est venu l’envie de participer au concours des MOF et comment vous y êtes-vous préparé ?

Simon Lor-Saw (SLS) : L’envie de faire des concours date du BEP puis du Bac Pro. Je voulais faire le concours des MAF (Meilleurs Apprentis de France). Les dates du concours ne tombaient jamais en concordance avec mon apprentissage. Quand j’ai pris connaissance du 1er concours MOF Frigoriste, l’envie du concours est ressortie soudainement. Je me suis inscrit immédiatement. Par la suite, une très grosse préparation fut engagée. Travail théorique très tard le soir dans la nuit après la journée de boulot avec l’aide du bureau d’étude Jean-Claude AULAS (société Perrier) :

  • Calcul frigorifique
  • Dimensionnement
  • Schémas
  • Etc.

J’étais en permanence sur site, chez les clients puis en dehors du travail, pour les corrections des défauts de manipulation, le perfectionnement, l’apprentissage des automatismes à adopter en termes de pratique avec l’aide des Techniciens du SAV et plus particulièrement Éric Narboux (Société Perrier).

Samir Ben Youssef (SBY) : Ce concours est une façon de contribuer à la reconnaissance de notre savoir-faire. Au-delà de la valeur ajoutée que cela représente sur notre CV, c’est surtout une grande satisfaction personnelle. J’ai eu l’occasion d’encadrer des candidats aux Olympiades des Métiers, compétition à laquelle j’aurais aimé participer étant jeune. En prenant part au MOF, j’ai réalisé une envie de longue date.

Durant l’année du concours, vous avez chacun travaillé à la réalisation d’une installation frigorifique sur site réel chez le client. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre œuvre dorénavant achevée ?

Simon Lor-Saw (SLS) : Les premières épreuves de qualification sont apparues en septembre 2017 : présentation avec support écrit et oral d’une installation innovante et respectueuse de l’environnement. Mon projet s’appuie sur la conception d’une fromagerie complète contenant un système de séchoir avec récupération de chaleur total. Octobre 2018, finale sur site. Le sujet s’appuie sur le projet validé par les jurys aux qualifications :

  • Conception et étude de la fromagerie
  • Elaboration d’un devis et commercialisation
  • Commande de matériel, suivi de chantier et gestion de sous-traitant
  • Réalisation du chantier selon les règles de l’art
  • Mise au point des équipements frigorifiques
  • Calcul de puissances, contrôle de fonctionnement, coût énergétique
  • Comparaison de performances par rapport à l’étude réalisée
  • Réalisation de 3 dossiers : Support écrit / Support oral / DOE
  • Réalisation de 2 dossiers supplémentaires en seconde partie d’épreuve portant sur l’un des nouveaux fluides frigorigènes - le CO2 (R744) : Support écrit CO2 / Support oral
  • Présentation du projet avec une épreuve de soutenance de 4h15

Samir Ben Youssef (SBY) : L’œuvre mise en avant pour le MOF s’est inscrite de mon côté dans la rénovation complète de l’hôtel Courtyard Marriott du Mesnil Amelot (77). L’établissement a investi dans des installations de réfrigération positive et négative fonctionnant avec des groupes au CO2 installés par MRG.

Depuis votre remise des médailles le 13 mai à la Sorbonne, vous pouvez officiellement (et fièrement) arborer votre col bleu-blanc-rouge. Qu'avez-vous ressenti lorsque l'on vous a annoncé que vous étiez le premier MOF frigoriste ? Qu’est-ce que cela a changé pour vous d’avoir décroché ce titre ?

Simon Lor-Saw (SLS) : Quand j’ai eu la bonne nouvelle du résultat, je me suis assis, j’ai expiré un grand coup et j’ai repensé a tout le travail de titan qui a été réalisé : la vie de famille mise de côté, les nuits de travail interminables (les vacances, les week-end …), les séjours à l’hôpital car le corps ne voulait plus, l’envie d’arrêter le concours à tout moment… C’est quelques jours après que j’ai réalisé : je suis le 1er MOF frigoriste. Ce titre m’a permis de faire des rencontres que je n’aurais jamais eu sans, des propositions d’embauche qui n’en finissent plus…  Également, ce titre va me permettre de promouvoir les métiers du froid auprès des jeunes avec l’association des MOF du Rhône, aller dans les écoles pour vendre nos métiers si diversifiés, essayer de combler le manque de main d’œuvre des entreprises…

Samir Ben Youssef (SBY) : Une grande satisfaction personnelle et j’aimerais dédier ce titre et cette médaille à tous les frigoristes que j’ai rencontrés depuis 25 ans.

Pour vous, quelles sont les qualités essentielles pour devenir frigoriste ?

Simon Lor-Saw (SLS) :  Pour devenir frigoriste, il faut des qualités essentielles :

  • Être consciencieux dans son travail
  • Avoir une grande logique, un bon sens de réflexion
  • Avoir envie d’apprendre en permanence, ne jamais se reposer sur ses acquis
  • Aimer le travail manuel
  • Avoir un bon relationnel avec le client

Avec ces qualités, vous pourrez vous lancer dans l’apprentissage du froid. Ce métier est très diversifié et regroupe plusieurs métiers en un (tuyauterie, électricité, électro-automaticien, énergie des fluides …)

Attention, ce métier nécessite une grande réflexion avant tout. Grace aux progrès des nouvelles technologies, il nécessite très peu voire plus de manutention lourde. C’est pour cela que frigoriste est aussi bien un métier d’hommes que de femmes. Une femme a une logique différente que les hommes. Elle diagnostique généralement les problèmes plus rapidement.

Samir Ben Youssef (SBY) : Les qualités pour devenir frigoriste :

  • la Passion
  • la Communication
  • la Méthodologie
  • la Précision

Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans le métier ?

Simon Lor-Saw (SLS) :  Ne pas brûler les étapes trop vite, je conseillerais de faire un apprentissage en alternance dans une petite entreprise de quelques salariés. Les artisans prennent généralement le temps de correctement former les nouveaux techniciens. En contrepartie, il faut que le jeune soit motivé, ne pas compter ces heures, s’adapter à l’entreprise et approfondir les connaissances appris sur le terrain.

Samir Ben Youssef (SBY) :

  • Acquérir plusieurs expériences professionnelles
  • Etre titulaire d’un diplôme lié à la réfrigération
  • Etre mobile, respectueux et attentif aux besoins des clients

 

Crédit photo : Pyc Média

 
very hot woman wallpaper