Entrevues

Philippe Maison - Président de la Commission ‘Social’ du Snefcca
Juillet 2019

Enquête de branche : résultats motivants

Tous les deux ans, le Snefcca avec la Commission ‘Social’ travaille, en collaboration avec l’Institut I+C, sur l’enquête de branche des entreprises du Froid, de la Cuisine Professionnelle et du Conditionnement de l’Air. Quels sont les objectifs de cette enquête ?

L’objectif essentiel de cette enquête est de connaître la santé de la profession et son évolution.

Cette étude est en fait scindée en deux volets :

  1. Volet économique : étude de l’activité des entreprises
  2. Volet social : étude du temps de travail, des salariés, des conditions de travail, etc.

Elle est réalisée tous les deux ans afin de suivre au plus près l’évolution de la branche. La dernière enquête sortie début 2019 a été réalisée en 2018 sur des données datant de 2017.


 

Qui participe à cette enquête ?

Cette année, sur 2 800 entreprises, l’Institut I+C a interrogé 317 entreprises (petites entreprises de moins de 20 salariés, grandes entreprises de plus de 20 salariés et groupes).


 

La dernière enquête est donc sortie en début d’année. Quelles sont les résultats à retenir selon vous ?  

Nous pouvons constater une nette évolution par rapport à l’enquête datant de 2016/2017 (données 2015), en particulier sur le volet économique :

  • Augmentation du nombre d’entreprises et d’établissements : le secteur compte 2 800 entreprises, contre 2 650 en 2015.
  • Augmentation du chiffre d’affaires (CA) de 12% depuis 2015 : les entreprises de la branche ont généré, en 2017, 4,98 milliards d’euros (HT) de chiffre d’affaires. Ceci prouve une forte activité de la profession dans le contexte actuel de transition écologique, technologique et réglementaire.

 

Pour le volet social, les données mettent en avant le besoin de main-d'oeuvre qualifiée dans notre profession, un besoin qui se multiplie avec le développement des nouvelles technologies, des nouveaux fluides, etc. :

  • Augmentation du nombre de salariés : les entreprises de la profession emploient 28 800 salariés en 2017, contre 27 000 en 2015. A savoir, depuis 2011, nous avions une baisse du nombre d’effectifs dans notre secteur. Mais, le nombre de salariés constaté en 2017 dépasse les données de 2011, ce qui est très motivant pour la profession. Les 200 plus grandes structures (de 20 salariés et plus) emploient la moitié de l’effectif salarié dans notre branche.
  • Fort taux de CDI : la quasi-totalité des salariés ont un CDI (92,5%). Ceci met en avant le besoin des entreprises de fidéliser leurs salariés. Il est d’ailleurs important de noter que nous avons très peu, voire pas du tout, de chômage dans nos métiers, et ceci est dû à notre besoin constant de recrutement.
  • Le solde d’embauche par rapport à celui des départs est positif : nous comptons 3 900 embauches en 2017.

 

Ainsi, la profession est en évolution favorable et se renforce. Nous pouvons nous féliciter de ces augmentations / évolutions par rapport à 2015. Pour information, côté social et commissions paritaires, l’enquête est un outil très demandé et apprécié par les partenaires sociaux qui suivent de près l’état de santé de la branche. Ce sont des données vitales notamment pour prouver le développement de la profession auprès des institutionnels.

D’autres données à retenir (données 2017) :

  • 8 salariés sur 10 sont des hommes. Les femmes sont encore peu représentées dans les métiers techniques de notre profession.
  • L’âge moyen des salariés est de 40 ans.
  • L’ancienneté moyenne des salariés est de 8 ans.
  • 97,5% des salariés occupent un poste à temps plein (35h et plus).
  • Les non-cadres représentent 79,5% des salariés.

 


 

Notons que la branche compte 5,5% des salariés en alternance / stage, dont 4% en apprentissage. Un chiffre assez élevé par rapport à la moyenne nationale qui est de 1,6%. Que cela signifie-t-il selon vous ?

Cette donnée peut être analysée en deux temps :

  1. La profession, qui est porteuse d’avenir, attire l’intérêt des jeunes générations car pour nos métiers qui recrutent.
  2. Les entreprises de la branche sont de plus en plus actives dans la formation qui nécessite une expérience terrain. En effet, nos métiers demandent beaucoup de nouvelles connaissances notamment avec les évolutions technologiques et les nouveaux fluides.

L’alternance permet aux jeunes de découvrir le monde de l’entreprise, d’appliquer ses connaissances sur le terrain et de connaître leurs futurs collaborateurs / employeurs. C’est un atout considérable, surtout dans nos métiers techniques.


 

Où pouvons-nous nous procurer la synthèse du résultat d’enquête 2018/2019 ?  

Les résultats d’enquête sont disponibles et téléchargeables sur le site du Snefcca en cliquant ici.

 
very hot woman wallpaper